Recherche par nom, par titre

 

 
     
  Accueil > Florilège > 2015  

Jupon - Aliscan

Pour toi - Djamila Amgoud

Te promettre demain... - Stéphane Amiot

Le Bal masqué de la vie - Chloé Biotteau

L'histoire éphémère des corps - Anne Bonin

À l’heure du couchant - Ludovic Chaptal

Reflet - Bausson Christelle

La Table des Marchand (Locmariaquer, Morbihan) - Marie-Josée Christien

Une bonne oreille - Laurent Deheppe

Assis dans l'oubli - Jean Jacques Dorio

C'est beau dans la tombe - Khalid EL Morabethi

Terre - Fabrice Farre

Plaisir des Maux - Sophie Fauvel

Les mots - Xavier Frandon

Avril 2015 - Gabriel Henry

Contre toute haine la parole - Patrick Joquel

J'écris - Severine Landry

Palpitation - Sylvie Le Drogoff

Coup de foudre - LOXX

Indifférence cosmologique - Jacques Lucchesi

À toi - Antoine Maroulin

Ma dette - Duval Mathilde

Après dissipation des brumes matinales - maxime de blasi

En suspens permanent - Vincent Motard-Avargues

Au moment où ça craque - Choupie Moysan

Partir sur les chemins - Sabine Normand

Charlie - Jacqueline Persini-Panorias

Bacchus - Thierry Piet

Les épingles - Mireille Podchlebnik

Prétérition - Morgan Puren

Haïku du retour - Laurent Robert

Cher Pierre - Jacques Rolland

Couvre chef - Yann Salley

Sémantique atypique - Aliénor Samuel-Hervé

Saudade - T0on

Les élèves - Tania

Princesse du Canapé - Vincent Langlais

La liberté - Stella Vinitchi Radulescu

 

C'est beau dans la tombe

C’est beau dans la tombe,
Le calme absolu, le repos,
Ailleurs, je l’entends chanter, c’est beau,
Un chant doux, envoutant,
Cette voix, durera plus longtemps,
C’est blanc, ici,
Ce n’est plus noir ou gris,
‘’ Continuez d’attendre ‘’ me dit une voix grave à côté
En dehors de cette absence, je l’entends encore chanter,
Je l’entends pleurer,
Sur moi.
C’est blanc ici,
Que dois-je faire ? Faut-il parler ?
Je dois peut-être écrire.
Sur soi,
Sur les autres, la vie, les choses,
Sur les mots peut-être employés sans songer à leur importance
C’est sans doute ici, où tous recommencent,
Ou encore, c’est ici, où il faudrait savoir qui je suis ?
‘’ Fermez vos yeux et continuez d’attendre ‘’ me dit une voix grave à côté
Entre le bruit sourd de ce vide et mes dernières prières, où sont mes rêves ?
Mes pensées mes souvenirs. Vers quel lieu mystérieux ont-ils disparu ?
Mes questions n’ont pas brisé le chant de l'inconnue,
Aux joues couvertes de larmes,
Et sa voix a pu atteindre dans ce cimetière les cœurs penseurs des âmes.
Ici,
Je tremble,
Ma langue claque,
J’ai peur, pour la première fois,
Mais pourquoi ? Ai-je perdu ma foi ?
Que dois-je faire ?
Faut-il que je me cherche,
Tout au fond,
Trouver ce point au milieu de ce vaste blanc,
Je crie '' Il y a quelqu'un ? ''
‘’ Silence, continuez d’attendre ‘’ me répond-il
Ailleurs,
J’entends toujours la mélodie,
Elle fleurit ma tombe et part en disant,
‘’ Repose en paix, tu avais une vie ‘’

© EL Morabethi

http://lamuseduciel.blogspot.com

     
     
© 2007 soc & foc - Contacts - Crédits  -